Les produits structurés en assurance-vie

Lire la vidéo sur Les produits structurés en assurance-vie

Dans cet article, nous allons vous expliquer les caractéristiques des produits structurés dans l’enveloppe assurance-vie.

Vous pouvez aussi regarder ce contenu avec cette vidéo. Pauline Hampartzounian, responsable produits structurés chez Cyrus Conseil s’exprime à ce sujet.

Nous traitons les questions suivantes :

  • Quelle est la place des produits structurés dans l’allocation financière ?
  • Comment investir en produits structurés ?
  • Comment est définie l’offre de produits structurés en assurance vie ?
  • Pourquoi proposer des produits structurés au sein de l’assurance vie ?
  • Quels sont les atouts clés des produits structurés ?

Quelle est la place des produits structurés dans l’allocation financière ?

Apparus à la fin des années 90, les produits structurés (PS), instruments financiers émis par une banque, étaient à l’origine réservés à une infime partie d’investisseurs fortunés. Ils ont ensuite été largement plébiscités et distribués à tout type d’investisseurs pour être aujourd’hui au cœur de la gestion de patrimoine.

Leur utilisation est en effet grandissante ces dernières années et représente entre 10% et 35% du patrimoine financier d’un investisseur dans nos allocations, en fonction du profil de risque. 

Comment investir en produits structurés ?

Il existe deux moyens d’investir : l’assurance vie et le compte titres. Le premier canal utilisé en France est celui de l’assurance vie puisqu’il représente environ 60% du volume annuel des transactions de produits structurés. Le second canal représentant 40% de ce volume est le compte titres.

L’assurance vie permet à tous les investisseurs d’avoir la possibilité d’investir au sein des PS, en offre publique.

  • 1 000 EUR minimum par investisseur en assurance vie.
  • 100 000 EUR minimum par investisseur en compte titres.

On comprend aisément le succès des PS au sein de l’assurance vie. Ce canal offre par conséquent un accès à tout le monde à des produits autrefois réservés à une clientèle réduite et très fortunée.

Les produits structurés en assurance-vie l Cyrus Conseil

Comment est définie l’offre de produits structurés en assurance vie ?

Chaque compagnie d’assurance est aujourd’hui dotée d’une offre en produits structurés. Pour ce faire, les produits proposés doivent répondre aux critères spécifiques de l’assureur concerné mais aussi et surtout aux critères de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers).

Certes, la règlementation accrue de l’AMF contraint l’offre des PS mais elle a pour unique but de limiter les risques, de réduire la complexité et de protéger les investisseurs.

En effet, les produits structurés sont considérés comme des instruments complexes ; la règlementation et les critères d’éligibilité des PS au sein de l’assurance vie permettent de donner accès à cette offre attractive tout en la régulant.

Pourquoi proposer des produits structurés au sein de l’Assurance Vie ?

Les politiques monétaires de la Banque Centrale Européenne ont poussé les taux directeurs en territoire négatif. Une des conséquences directes de cette politique est que toutes les solutions financières classiques ne sont plus source de rémunération ou de rentabilité.

Ce contexte coûte aussi très cher aux assureurs qui se voient dans l’obligation d’agir avec une politique dissuasive : accès limité au fonds euros, baisse des taux proposés et sur-rémunération des unités de compte.

Ceci n’arrange donc ni les assureurs, ni les particuliers souhaitant faire fructifier leur épargne. La proposition de solutions alternatives d’un côté et la recherche de rentabilité de l’autre ont été favorables aux PS.

Quels sont les atouts clés des produits structurés ?

  • Ils permettent de diversifier un portefeuille financier.
  • Les PS sont un apport de décorrélation avec les autres classes d’actifs.
  • Ils offrent des opportunités de marchés pour dynamiser le portefeuille quel que soit le contexte économique.
  • Ces produits proposent en leur sein des mécanismes de protection du capital, de rentabilité, effet airbag…nombreuses sont les possibilités pour rendre l’investissement le plus conservateur possible.
  • Ils garantissent la liquidité : la valorisation y est quotidienne et les arbitrages sont donc possible.
  • Enfin, ils apportent de la visibilité sur le portefeuille en mesurant à l’avance les risques encourus et le rendement espéré.


En conclusion, les produits structurés sont des produits complexes qui se situent à la frontière entre un monde risqué, celui de la bourse, et un monde sans risque et sans rendement, celui du fonds euros.

Logés au sein de l’assurance vie, ils constituent alors une solution pertinente pour des investisseurs privés, dans la quête d’un ratio risque/rendement mesuré, raisonné et raisonnable.

Quels sont les principaux risques des produits structurés ?

Les produits structurés sont des produits complexes. Les investisseurs doivent disposer des connaissances et de l’expérience nécessaires afin de pouvoir évaluer les risques de ces produits avant toute décision d’investissement.

Nous attirons votre attention sur les points suivants :

      • Ces produits ne peuvent constituer l’intégralité d’un portefeuille financier. Ils doivent être proposés dans le cadre d’une stratégie de diversification du portefeuille.
      • Les produits structurés présentent un risque de perte partielle ou totale en capital en cours de vie et à l’échéance.
      • Les produits structurés peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi (risque de marché). Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
      • En cas de revente du produit avant la date de remboursement prévue par la formule, le montant remboursé dépendra alors des paramètres de marché en vigueur et pourra entraîner une perte en capital (risque de liquidité).
      • L’investisseur ne connaît pas à l’avance la durée exacte de son investissement.
      • L’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et/ou le garant. Ainsi, il est exposé à son défaut et à une dégradation de sa qualité de crédit.