MAGAZINE CONVICTIONS

ASSURANCE VIE TOUJOURS D’ACTUALITÉ

Titre du site

Le sort semble s’être acharné sur l’assurance vie en 2016. Après un début d’année difficile sur les marchés financiers, et la loi sapin 2, les rendements des fonds en euros connaissent une nouvelle baisse encore plus forte.

Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, avait appelé en 2015 les compagnies à baisser leurs rendements dans le contexte actuel de taux bas. C’est fait ! En 2016 une baisse moyenne entre 0.4% et 0.5% sur le rendement des fonds euros marque le début d’un nouveau cycle qui va durer quelques années. Par ailleurs, les taux bas ont obligé les compagnies à surveiller de près la collecte sur leurs fonds en euros en imposant notamment un pourcentage en unités de compte plus élevés dans les souscriptions avec de nouvelles conditions plus contraignantes.

Ces faits confirment la position que nous avons adoptée depuis plusieurs années : le fonds en euros est devenu un actif comme les autres et n’est pas un produit garanti sans risque, à vie.

Pour en finir avec Sapin 2

La loi Sapin 2 renforce notamment les pouvoirs existants du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) et les étend au secteur de l’assurance.

 

Pourquoi ?
Cette loi suit le principe de précaution dans le but de protéger l’épargnant en cas de menace sur la stabilité du système financier ou sur la situation financière des compagnies d’assurance.

Que peut faire désormais le HCSF ?
Dans le cas de situations exceptionnelles, le Haut Conseil pourrait limiter les conditions de retraits et encadrer les rendements des fonds en euros sur les contrats d’assurance vie.


Il peut en effet, sur une période maximum de 6 mois :

  • limiter temporairement certaines opérations ou activités, y compris l’acceptation de primes ou versements ;

  • restreindre temporairement la libre disposition de tout ou partie des actifs;

  • limiter temporairement, pour tout ou partie du contrat, le paiement des valeurs de rachat pour une durée maximale de
    6 mois;

  • retarder ou limiter, pour tout ou partie du contrat, la faculté d’arbitrages ou le versement d’avances;

  • limiter temporairement la distribution d’un dividende aux actionnaires, d’une rémunération des certificats mutualistes ou paritaires ou d’une rémunération des parts sociales aux sociétaires.

Ces dispositions sont à relativiser compte tenu de leur caractère exceptionnel et limité dans le temps.


Elles ont été mises en place pour protéger les épargnants d’une faillite du système financier ou de sociétés dont les conséquences seraient bien plus dommageables pour les épargnants.
Il n’y a donc pas lieu de dramatiser ces nouvelles dispositions. Elles imposent plus de vigilance sur les besoins de liquidités et une stratégie d’investissement plus réfléchie. Ce qui n’est pas un mal en soi !

Quelle stratégie pour les épargnants

Une évidence s’impose donc : il faut « Diversifier, Diversifier, Diversifier » ! Pour ce faire, nous vous donnons quelques pistes d’une approche d’allocation d’actifs sachant que pour toute recommandation personnalisée, il convient de vous rapprocher d’un conseiller.

1 – Diversifier les compagnies d’assurances et les fonds en euros

Cette stratégie de diversification (en cas de politique spécifique de certaines compagnies) offre l’avantage de répartir le risque de liquidité et de ne pas avoir tous ses actifs bloqués temporairement.
En cas de remontée des taux, tous les fonds euros, n’ayant pas la même composition, auront des sensibilités différentes et donc des rendements qui peuvent varier d’une compagnie à l’autre.

2 – Diversifier les zones géographiques

Avec la loi Sapin 2, les projecteurs se sont tournés avec appétence vers les contrats luxembourgeois. Ces derniers apportent depuis longtemps un niveau de protection supérieur pour l’épargnant français avec des options de gestion en devises, la possibilité d’avoir un mandat de gestion sur mesure, ou de loger des titres vifs. Ils permettent d’anticiper une éventuelle expatriation et d’en tirer certains avantages fiscaux.

3 – Diversifier la gestion financière au sein de mon contrat

L’objectif est de diversifier vos avoirs en adéquation avec vos projets et non pas dans un but de rendement moyen de vos actifs. Les nouvelles contraintes favorisent aussi l’innovation chez les assureurs : il est désormais possible, en complément des fonds en euros, d’investir sur une palette de supports beaucoup plus variés qu’auparavant comme les produits structurés, les supports immobiliers (SCI / SCPI et OPCI), des supports de Private Equity pour investir dans l’économie réelle et soutenir les PME, les OPC investis sur les marchés financiers avec la possibilité de déléguer la gestion financière à un professionnel.
Il est à noté que ces produits comportent un risque de perte partielle ou totale en capital et un risque de liquidité.

 

Même si les fonds euros ont perdu de leur attrait avec des rendements à la baisse, l’environnement actuel pousse à cultiver les fondamentaux d’une stratégie patrimoniale et renforce l’intérêt du contrat d’assurance vie avec de nouvelles options d’investissements dans une approche globale.
Le contrat d’assurance vie devient désormais un véritable outil d’allocation d’actifs, en plus de ses atouts patrimoniaux qui ne sont pas remis en cause.

Article suivant

FISCALITÉ :

CE QUI CHANGE EN 2017

LIRE LA SUITE

REVENIR AU SOMMAIRE

Nadia Dhaoidi, Directrice Pôle Produits et Services

CONTACTEZ-NOUS
arrow&v

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement, aux fins de répondre à votre demande. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles sur notre page dédiée.

Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.

Cyrus Conseil Paris | Siège social

50, bd Haussmann 75009 Paris

Tél.:  01 53 93 23 23

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement. Ces données sont traitées avec votre consentement aux fins de vous envoyer des actualités et informations relatives à la gestion de patrimoine et aux activités du groupe CYRUS CONSEIL. Vous pouvez vous opposer à leur traitement à tout moment. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles sur notre page dédiée.

Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.

© 2019 Cyrus Conseil

CYRUS CONSEIL est le leader du conseil en gestion Privée, Gestion de Fortune et Family Office. Conseil en gestion de patrimoine, Cyrus Conseil vous accompagne dans la définition de votre stratégie patrimoniale, dans l’optimisation de votre fiscalité, dans le conseil de vos investissements financiers et immobiliers, dans la préparation de votre transmission

MENTIONS LEGALES