MAGAZINE CONVICTIONS

LA GÉOPOLITIQUE :

QUEL IMPACT SUR LES MARCHÉS FINANCIERS ?

Titre du site

Nos convictions

► Le retour du risque politique, qui avait eu tendance à s’estomper, est de retour du fait de la la remise en cause de la mondialisation au cœur du système occidental 

► Il va générer du risque pour les années à venir, bien que ce choc soit en cours d’absorption,

► Les variables économiques restent, cependant, déterminantes pour investir de façon optimale.

Piet MONDRIAN - Portrait of a Girl - 1908 - Huile sur toile sur panneau - 49 x 41,5 cm
© Kunstmuseum Den Haag

Au cours des derniers mois, les événements politiques semblent avoir pris une influence disproportionnée sur le cours des marchés financiers. Que faut-il en attendre dans les mois à venir ?

La géopolitique a toujours eu une influence indirecte sur les marchés financiers pour des raisons parfois extrêmement différentes…Ce constat n’est pourtant pas nouveau.

Un lien historique qui disparaît : les matières premières

 

Après la Seconde Guerre Mondiale, la géopolitique a eu une influence sur les marchés mondiaux, essentiellement du fait de tensions épisodiques sur les marchés de matières premières au moment de certains conflits (Corée, Vietnam). Cependant, en 1971 les USA abandonnent la convertibilité en or du dollar mais surtout, fait plus ignoré à l’époque, le pic de production pétrolière aux Etats-Unis va transformer ces derniers en importateurs structurels de l’or noir.

 

Cet événement introduira une nouvelle donnée qui deviendra la variable géopolitique absolue reliant économie, marchés financiers et politique :  le cours du pétrole. 

Ainsi, la spirale inflationniste et le krach boursier de 1974 sont directement liés à la décision de l’OPEP de quadrupler le prix du pétrole. Le second choc de 1978, lié à la révolution iranienne, entraîne les marchés vers de nouveaux niveaux plus bas. De même, en 1990/1991, l’invasion du Koweït par Saddam Hussein et l’augmentation des cours du pétrole concomitante font basculer l’économie américaine en récession et plonger les cours de la bourse. Enfin, il faut attendre que l’US Army capture sans dégât majeur, les champs pétrolifères du sud de l’Iraq en mars 2003 pour que la reprise boursière post crise internet puisse prendre son envol. 


Cependant, après 2010, cette connexion disparaît du fait d’un bouleversement majeur : l’invention de la fracturation hydraulique qui autorise la réexploitation des champs anciens. La mise en œuvre de cette dernière permet au bassin permien (Texas, Oklahoma), pourtant exploité depuis les années 20, de surpasser désormais le site de Ghawar en Arabie Saoudite, réputé le plus productif au monde avec une production de 5 millions de barils/jour (pour une production mondiale d’environ 100 millions de barils/jour). Ce bouleversement aura deux conséquences: la baisse structurelle des cours du pétrole d’un niveau de 100/150 Usd le baril durant la première décennie vers un niveau de 50/80 Usd et la minimisation des tensions liée à la géopolitique, que ce soit lors du conflit russo-ukrainien ou bien lors des combats au Moyen-Orient.

Une nouveauté politique : la remise en cause de la mondialisation

Depuis quelques mois, nous constatons un retour de l’incertitude politique impactant les marchés pour une raison radicalement différente, mais qui à l’instar de l’épisode précédent, prend sa source aux USA : l’apparition au cœur du système de Bretton Woods et du consensus de Washington (2 villes américaines) supportant la mondialisation, d’une remise en cause de cette dernière à la fois pour des raisons socioculturelles et stratégiques.
 
En effet, il ne faut pas oublier que depuis la fin de l’URSS en 1990 et la mise en œuvre de la stratégie des « quatre modernisations » par Deng Xiaoping en 1979, dont l’aboutissement est marqué par l’entrée de la Chine à l’OMC en 2001, la mondialisation sert de toile de fond à la vie économique et financière de la planète.
 

L’élection de Donald Trump et le vote du Brexit sont à l’instar du couple Reagan/Thatcher du début des année 80. C'est un marqueur fort de l’apparition d’un nouveau mouvement politique remettant en cause l’intégration économique mondiale. Mais cette image masque en fait deux réalités géopolitiques différentes :


- D’une part, un nouveau « Kulturkampf » politique que l’on retrouve globalement dans de nombreux pays mondiaux entre les gagnants et les perdants de la mondialisation,


- D’autre part, le réveil brutal de "l’establishment" américain face à la tentative chinoise de remettre en cause l’hégémonie américaine notamment en Asie.

 

Ceci a poussé l’exécutif à mettre en œuvre une politique de désintégration des économies américaines et chinoises à travers une politique de droits de douanes extensive et de restrictions technologiques. Cette approche, relativement consensuelle à Washington est perçue comme le début d’une « guerre froide 2.0 ».

Doit-on avoir peur de cette réémergence du politique et de l’incertitude qu’elles génèrent pour les marchés financiers ? 

En premier élément de réponse, il est clair comme le montre brièvement cet article que les dynamiques politiques fluctuent mais que les variables économiques demeurent : certains événements politiques peuvent créer de la volatilité à court terme, mais les marchés restent dépendants des fondamentaux économiques.

On pourra également constater que l’une des craintes actuelles (la montée des populismes) commence à s’estomper comme l’indiquent les résultats des élections en Europe et les midterms américaines ou bien les déboires du Brexit. Ceci est dû à la confrontation des politiques populistes avec les contraintes du monde réel, mais également avec un début d’assimilation du problème par les systèmes politiques (le débat peut porter sur la remise en cause de la mondialisation ou bien sur un meilleur partage des gains).

 

En outre, les populistes, parfois surnommés « carbo-populistes », ne sont généralement pas du bon côté dans le débat  sur le réchauffement climatique.

 

L’élection présidentielle américaine de 2020 sera bien évidement le marqueur fort d’un éventuel Peak Populism (excès de populisme).


En revanche, la rivalité croissante sino-américaine devrait survivre à une défaite de Trump car le consensus des élites américaines est assez large sur le sujet. Cet un élément d’inquiétude pour l’avenir sur lequel nous aurons l’occasion de revenir. Mais les contraintes économiques devraient partiellement tempérer les impératifs stratégiques de part et d’autre et empêcher l’émergence de deux univers cloisonnés dommageables à la croissance mondiale.

GILLES ETCHEBERRIGARAY

DIRECTEUR GÉNÉRAL

INVEST AM
 

Article suivant

COMMENT GÉNÉRER DES REVENUS FINANCIERS ?

LIRE LA SUITE

REVENIR AU SOMMAIRE

CONTACTEZ-NOUS
arrow&v

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement, aux fins de répondre à votre demande. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles sur notre page dédiée.

Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.

Cyrus Conseil Paris | Siège social

50, bd Haussmann 75009 Paris

Tél.:  01 53 93 23 23

Les données transmises par le biais de ce formulaire sont destinées à CYRUS CONSEIL, en sa qualité de responsable de traitement. Ces données sont traitées avec votre consentement aux fins de vous envoyer des actualités et informations relatives à la gestion de patrimoine et aux activités du groupe CYRUS CONSEIL. Vous pouvez vous opposer à leur traitement à tout moment. Vous pouvez consulter l'intégralité de notre politique de traitement de vos données personnelles sur notre page dédiée.

Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant. Pour exercer l'un de ces droits, merci d’effectuer votre demande par e-mail à l'adresse suivante : service.juridique@cyrusconseil.fr ou par courrier postal en écrivant à : Cyrus Conseil, Service Juridique & Conformité, 50 boulevard Haussmann, 75009 PARIS.

© 2019 Cyrus Conseil

CYRUS CONSEIL est le leader du conseil en gestion Privée, Gestion de Fortune et Family Office. Conseil en gestion de patrimoine, Cyrus Conseil vous accompagne dans la définition de votre stratégie patrimoniale, dans l’optimisation de votre fiscalité, dans le conseil de vos investissements financiers et immobiliers, dans la préparation de votre transmission

MENTIONS LEGALES